Financer sa résidence principale

 

Lorsque vous décidez d'acheter votre résidence principale, vous accomplissez l'acte le plus important mais aussi le plus déstabilisant de votre patrimoine.

 

Le premier pas vers la construction d'un patrimoine est souvent l’achat de sa résidence principale. Mais dans ce projet affectif, souvent décidé de manière irrationnelle, l’aspect économique et patrimonial est trop souvent mis à l'écart, voire complètement oublié.

Un tel achat doit toujours être intégré à une stratégie patrimoniale sur le long terme. Ainsi, lorsque l’on souhaite acheter de l’immobilier, il faut toujours retenir deux principes essentiels  :


  • On ne s’enrichit pas en investissant « cash »,
  • Lorsqu'on devient propriétaire, l'idéal est d'atteindre un équilibre entre liquidités et foncier à la fois pour saisir des opportnités futures ou faire face à des revers de situation de son vivant, mais aussi et surtout pour protéger ses proches en cas de décès en leur laissant de la liquidité pour choisir de conserver ou non le patrimoine immobilier.

Il existe trois façons de financer un bien immobilier:

  • Payer « cash », solution qui n'’a aucun intérêt dans le cadre d’une construction patrimoniale,
  • Recourir au crédit amortissable,
  • Recourir au crédit in fine.

 
 

Pourquoi contracter un prêt pour financer sa résidence principale?

Le recours au crédit devient un véritable instrument de développement patrimonial surtout lorsqu'il permet de financer un bien immobilier destiné à prendre de la valeur dans le temps.

Lorsque vous financez votre résidence principale à crédit vous bénéficiez de deux effets de levier:


  • Un effet de levier financier

Le recours au crédit permet de disposer d'un capital que vous ne possedez pas. Vous effectuez ainsi un placement d'un montant supérieur à votre seul apport.


  • Un effet de levier des garanties familiales

En cas de décès ou d'invalidité, le crédit est remboursé par l'assurance décès, invalidité qui s'y rattache. Ainsi, en cas de décès, vos successeurs (enfants, parent, conjoint...) héritent d'un bien immobilier libre de tout engagement.